Vous craignez d'envoyer votre bébé à la garderie ? La recherche montre qu'ils aiment être en groupe

Vous craignez d'envoyer votre bébé à la garderie ?  La recherche montre qu'ils aiment être en groupe

Lorsque les parents mettent leur bébé à la garderie, une préoccupation commune est de savoir s'il est bon pour les tout-petits d'être éloignés de leurs principaux tuteurs pendant de longues périodes.

Mais comme le montre notre récent livre Babies in Groups, les bébés dès l’âge de six mois réagissent et aiment être en groupe avec d’autres bébés.

Cela peut rassurer les parents : leur enfant gagnera à la garderie quelque chose qui leur manque le plus à la maison : des opportunités de passer du temps supervisé en petits groupes de leurs pairs pour manger, apprendre et jouer ensemble.

Nos ancêtres préhistoriques vivaient, se nourrissaient, chassaient, se défendaient et élevaient leurs petits en groupe. Il est donc logique que les bébés d’aujourd’hui naissent avec la capacité de passer du temps ensemble.

Recherche précédente

Presque toutes les recherches antérieures sur le développement social et émotionnel des bébés se concentrent sur leurs relations avec les adultes (généralement leur mère) et sont presque toujours étudiées en binôme.

Mais comme nous l'expliquons dans notre livre, cela est dû au fait que les hypothèses des chercheurs reflètent principalement des idées ancrées dans les cultures occidentales qui font de la mère au foyer la clé du développement sain d'un bébé.

Quiconque observe le comportement des bébés dans des familles plus nombreuses, des terrains de jeux ou des groupes de parents se rend vite compte à quel point ils sont sensibles à la dynamique de groupe, en particulier lorsqu'ils sont entourés de nourrissons comme eux.

Notre recherche

Depuis 25 ans, nous recherchons si les bébés naissent déjà adaptés à la vie en groupe. Ou si cette capacité ne se développe qu’après la formation du premier lien nourrisson-adulte (comme le prédit la théorie existante).

Au cours de plusieurs études incluses dans notre livre, nous avons invité 51 enfants de six à neuf mois, auparavant inconnus les uns des autres, dans nos studios d'enregistrement. Ici, nous avons disposé les chaises bébé fixes en triangles pour les groupes de trois ou en carrés pour les groupes de quatre.

Une fois que les parents ont attaché leurs bébés dans une chaise, tous les adultes ont quitté le studio et les caméras ont tourné.

Dans des recherches antérieures, des psychologues ont découvert qu'attacher des bébés de cet âge sur une chaise dans un studio d'enregistrement stérile avec juste leur mère à qui parler produisait généralement un bébé frustré en une minute ou deux – à moins que la mère ne divertisse son bébé avec des jeux ou des jouets.

Mais nous avons constaté que si vous présentez aux bébés deux ou trois autres bébés inconnus, le groupe peut courir joyeusement pendant 25 minutes maximum, même s'il n'y a pas de jouets avec lesquels jouer.

Nos films montrent comment les bébés de ces groupes utilisent plusieurs types de communication à la fois : toucher, vocaliser, faire des gestes, changer de posture, s'imiter, se regarder directement ou du coin de l'œil, partager des rythmes vocalement ou en faisant faire des bruits avec leurs mains et faire une grande variété d'expressions faciales.

Cela signifie que les bébés peuvent communiquer avec plusieurs autres bébés simultanément. Un enfant de huit mois peut commencer une partie de foot avec l'un d'entre eux tout en regardant un autre et en frappant sur la table au rythme d'un troisième.

Pendant plusieurs minutes, des interactions assez complexes se développent. Les bébés inventent des jeux et créent ensemble des formes de musique. Si deux bébés deviennent amicaux, un troisième peut intervenir en faisant un bruit fort pour les empêcher de se lier l'un à l'autre.

Alternativement, si un bébé pleure, les autres membres du groupe essaieront probablement de le réconforter, souvent avec succès, en le regardant et en vocalisant, ou en lui faisant signe, ou en se penchant et en tendant la main vers, ou en le touchant.

Cela nous montre que les bébés ont une compétence en groupe bien avant d’avoir compris comment maintenir des attachements individuels avec les adultes. Celles-ci apparaissent pour la première fois vers l’âge de huit mois et continuent de se développer tout au long de la deuxième année de vie.

Qu’est-ce que cela signifie pour les crèches ?

Cette découverte a des implications importantes pour les bébés fréquentant une garderie ou d’autres services à la petite enfance.

Nous avons vu comment les centres qui organisent les bébés en groupes peuvent être moins stressants pour les nourrissons – et les éducateurs – que lorsque la priorité absolue est de forger des liens individuels entre les nourrissons et les éducateurs.

Par exemple, lorsque plusieurs bébés font la queue pour être nourris individuellement par une éducatrice, les repas se terminent vite en larmes. Disposez les chaises hautes en petits cercles et les repas durent jusqu'à quarante minutes de conversation, d'imitation et de rire.

Ainsi, pour les parents qui réfléchissent à la manière de développer et de prendre soin de leur jeune enfant, recherchez des centres qui reconnaissent et promeuvent l'intérêt, le plaisir et la capacité normaux des bébés à interagir avec les autres de leur âge.

Et ne craignez pas de faire quelque chose de « mauvais » pour votre bébé en l'envoyant avec d'autres enfants du même âge.

Et pour tous ceux qui élèvent des bébés à la maison, plus il y a de nourrissons impliqués dans la vie de votre bébé, qu'il s'agisse de cousins ​​ou d'amis noués dans des groupes de jeu, mieux c'est pour votre bébé et mieux pour vous.