Une nouvelle étude apporte des informations sur les facteurs de complication entourant les décès périnatals

Daugelis žmonių, bandydami nutraukti antidepresantų vartojimą, patiria abstinencijos simptomus.  Taigi, kaip galite saugiai sustoti?

Le suicide est l'une des principales causes de décès pendant la grossesse et dans les mois qui suivent l'accouchement aux États-Unis, mais bon nombre de ces décès pourraient être évitables, affirment des chercheurs de l'Université du Michigan.

Une nouvelle étude à méthodes mixtes publiée dans Réseau JAMA ouvert examine les circonstances associées au suicide périnatal ainsi que la manière dont les circonstances varient au cours de la période périnatale, en utilisant les données du National Violent Death Reporting System des Centers for Disease Control and Prevention.

Les auteurs de l'UM ont constaté que les problèmes de santé mentale, la consommation de substances et les problèmes entre partenaires intimes représentent d'importantes circonstances déclenchant le suicide périnatal.

L’étude a utilisé les données de plus de 1 100 femmes décédées pendant leur grossesse ou dans l’année suivant l’accouchement et dont les décès ont été répertoriés comme des suicides ou pour des causes indéterminées. Les chercheurs ont comparé les données des individus avec celles de plus de 17 600 femmes âgées de 10 à 50 ans qui n'ont pas eu de grossesse au cours de l'année écoulée.

« Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour empêcher ces suicides. Nous le devons à ces femmes et à leurs familles », a déclaré l'auteure principale Kara Zivin, professeur de psychiatrie, d'obstétrique et de gynécologie à la faculté de médecine de l'UM et professeur de gestion et de politique de la santé à la faculté de santé publique de l'UM.

„Notre étude met en valeur la nécessité de politiques et de pratiques ciblant les problèmes de santé mentale, de consommation de substances et de partenaires intimes dans le cadre d'une approche stratégique visant à réduire le risque de suicide périnatal.”

Zivin a co-écrit l'étude avec Briana Mezuk, professeure d'épidémiologie et directrice du Centre d'épidémiologie sociale et de santé de la population à l'École de santé publique de l'UM. Ensemble, ils sont les principaux chercheurs de l'étude sur le vieillissement, les transitions au cours de la vie et le suicide, qui étudie l'impact des événements majeurs de la vie, notamment la grossesse, sur le risque de suicide.

„Ces travaux suggèrent que la grossesse est une période de transition dans la vie des gens, au cours de laquelle des facteurs préexistants contribuant au risque de suicide peuvent se conjuguer de diverses manières, en plus des facteurs de risque sociaux, psychologiques et biologiques qui font partie de la période périnatale elle-même”, a déclaré Mezuk. dit.

Les co-auteurs de l'étude avec Zivin et Mezuk incluent : Chuwen Zhong, Alejandro Rodríguez-Putnam, Emma Spring, Qingyi Cai, Alyson Miller, Lily Johns, Viktoryia Kalesnikava et Anna Courant.