Une étude de grande envergure identifie les facteurs de risque de suicide pour améliorer la prévention

Une étude de grande envergure identifie les facteurs de risque de suicide pour améliorer la prévention

Dans la plus grande étude de ce type, des scientifiques de l’Université de Warwick ont ​​étudié une série de facteurs de risque contribuant au suicide, contribuant ainsi à identifier les personnes qui pourraient bénéficier d’interventions.

Les facteurs prédictifs comportementaux et biologiques comprennent un nombre élevé de globules blancs, un état névrosé, des expériences vécues durant l’enfance et une diminution de la matière grise dans le cerveau. Les recherches précédentes se sont concentrées sur des groupes d’échantillons beaucoup plus petits et sur un nombre réduit de facteurs de risque, négligeant potentiellement certains facteurs d’impact.

L’objectif de cette étude est de s’attaquer au problème mondial du suicide, l’une des principales causes de décès dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 700 000 personnes meurent chaque année par suicide.

L’étude permet également d’identifier les personnes les plus à risque, qui pourraient bénéficier de traitements préventifs de la part des médecins généralistes, comme celles souffrant de détresse psychologique et de sentiment d’inutilité. En utilisant les données de plus de 500 000 participants de la UK Biobank, une cohorte d’étude basée sur la population, son approche plus large permet une meilleure compréhension des facteurs de risque, afin de contribuer à des mesures de prévention plus efficaces.

L’équipe a utilisé diverses méthodes pour étudier les facteurs de risque suicidaire, notamment des scanners cérébraux, des échantillons de sang et des questionnaires. Cela a conduit à l’étude de plus de 400 comportements (dont le tabagisme), facteurs biologiques (comme la quantité de matière grise dans le cerveau) et génétiques. Un type d’intelligence artificielle connu sous le nom d’apprentissage automatique a été utilisé pour analyser de manière exhaustive l’énorme ensemble de données.

L'article est publié dans la revue Nature Comportement humain.

Les facteurs associés au suicide comprenaient la souffrance psychologique, le névrosisme, une diminution de la matière grise dans le cerveau, la taille des zones de régulation émotionnelle du cerveau et une augmentation des globules blancs. L'étude a mis en évidence la manière dont ces facteurs très différents pouvaient contribuer aux comportements suicidaires.

L'auteur de l'étude, le professeur Jianfeng Feng, du département d'informatique de l'université de Warwick, a déclaré : « Notre étude a développé un modèle d'apprentissage automatique basé sur des facteurs comportementaux. Les 16 principaux prédicteurs ont montré une grande précision pour distinguer les individus, avec ou sans tentative de suicide. Cela peut être utile pour identifier les personnes à haut risque de suicide à l'avenir.

« Les principaux facteurs prédictifs comportementaux, en plus des quelques facteurs liés à la maladie mentale et à la dépression, sont les expériences vécues durant l’enfance et les survivants d’agressions sexuelles. Ces facteurs fournissent des cibles potentielles sur lesquelles les cliniciens peuvent se concentrer pour développer de meilleures stratégies de prévention. »

Le Dr Bei Zhang, co-auteur de l'étude et de l'Université Fudan, a ajouté : « Le suicide est un problème majeur de santé publique qui résulte d'une interaction complexe de divers facteurs. Alors que les recherches existantes se sont souvent concentrées sur un ensemble restreint d'hypothèses comportementales, souvent au sein de petits échantillons cliniques, notre étude comble cette lacune en évaluant systématiquement un large éventail de facteurs de risque de tentatives de suicide dans de grands échantillons communautaires.

« En identifiant et en comprenant ces facteurs, nous espérons améliorer les modèles prédictifs, mieux identifier les personnes à risque et éclairer des stratégies de prévention et d'intervention plus efficaces, réduisant ainsi à terme le fardeau mondial du suicide. »

La professeure Barbara Sahakian de l'Université de Cambridge a déclaré : « Le suicide est une perte tragique de vies humaines, mais il laisse également la famille et les amis dévastés. En identifiant les principaux facteurs de risque du suicide, cette étude nous permet de mieux comprendre comment nous pouvons identifier les personnes vulnérables et intervenir pour sauver des vies. »

Pour les recherches futures, l’équipe a souligné la nécessité d’une détermination similaire des facteurs de risque de suicide chez les adolescents, d’autant plus que le suicide à l’adolescence est en augmentation.