Une équipe de recherche a peut-être découvert le mécanisme neurologique sous-jacent à un trouble alimentaire courant

Une équipe de recherche a peut-être découvert le mécanisme neurologique sous-jacent à un trouble alimentaire courant

Une équipe de recherche dirigée par l'Université McGill et travaillant en collaboration avec une équipe française (CNRS, INSERM et Sorbonne Université) croit avoir identifié à la fois le mécanisme neurologique sous-jacent à l'anorexie mentale ainsi qu'un remède possible.

Les conclusions de l'équipe internationale, publiées cette semaine dans Nature Communicationsont le potentiel d’améliorer la vie de millions de personnes dans le monde, principalement des femmes, qui souffrent de ce trouble alimentaire courant, qui présente le taux de mortalité le plus élevé de toutes les maladies psychiatriques.

En travaillant sur des souris, les chercheurs ont découvert qu'un déficit en acétylcholine, un neurotransmetteur dans une zone du cerveau appelée striatum, associée au système de récompense, peut conduire à la formation d'habitudes excessives et précipiter l'auto-inanition compulsive observée chez les personnes souffrant d'anorexie mentale.

Le professeur de psychiatrie de l'Université McGill, le Dr Salah El Mestikawy, auteur principal de l'étude et chercheur au Centre de recherche Douglas, a déclaré que l'équipe de recherche avait décidé de voir si l'utilisation du donépézil, un médicament connu pour augmenter la présence d'acétylcholine dans le cerveau, pouvait avoir un effet sur ces comportements autodestructeurs compulsifs.

« Nous avons constaté que ce médicament inversait complètement le comportement anorexique chez les souris et nous pensons qu'il pourrait potentiellement offrir le premier traitement basé sur un mécanisme pour l'anorexie mentale. En fait, nous constatons déjà ses effets sur certains patients atteints de cette maladie. »

Améliorer la santé des patients anorexiques traités au donépézil

Des études indépendantes en cours à Toronto et à Montréal, dirigées par la Dre Leora Pinhas, psychiatre indépendante, montrent des résultats positifs chez 10 patients souffrant d'anorexie mentale grave qui sont traités avec de faibles doses de donépézil. Trois des patients sont en rémission complète et les sept autres patients montrent une amélioration marquée de la maladie.

D'autres essais cliniques en double aveugle, comparant les résultats de ceux prenant un placebo à ceux de ceux prenant le médicament, doivent avoir lieu cette année à l'Université de Columbia, à l'Université de Denver et à l'Hôpital Sainte-Anne à Paris.

Le Dr El Mestikawy prévient toutefois qu’entre les essais cliniques et l’approbation gouvernementale, il faudra peut-être plusieurs années avant qu’un nouveau médicament puisse être utilisé pour traiter les patients anorexiques.

Effets possibles sur d’autres maladies impliquant des comportements compulsifs

Selon El Mestikawy, le donépézil est un médicament qui entraîne de nombreux effets secondaires gastro-intestinaux et musculaires. C'est pourquoi les chercheurs de McGill travaillent avec l'équipe française dirigée par Stéphanie Daumas et Nicolas Pietrancosta de l'Université de la Sorbonne, coauteurs de l'étude, pour développer un nouveau composé présentant moins de problèmes.

« Nous soupçonnons également que d'autres pathologies compulsives telles que les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et les addictions peuvent également être améliorées par le donépézil, nous recherchons donc activement une collaboration avec d'autres psychiatres du monde entier pour explorer les possibilités », a déclaré El Mestikawy.