Sonder les effets de la distraction visuelle lors d'un comportement naturel à l'aide de la technologie VR

Sonder les effets de la distraction visuelle lors d'un comportement naturel à l'aide de la technologie VR

Les humains sont naturellement bien équipés pour accomplir des tâches procédurales, telles que suivre une recette et assembler des meubles. Cependant, en accomplissant ces tâches, les gens peuvent parfois rencontrer des distractions visuelles, telles que des ingrédients non pertinents dans le même placard que ceux répertoriés dans une recette.

Ignorer ces distractions, se concentrer sur des objets pertinents et accomplir une tâche avec succès est généralement facile pour les humains, mais leur présence peut néanmoins affecter la manière dont les tâches sont accomplies. Explorer les effets potentiels des distractions visuelles lors de tâches prolongées dans des contextes expérimentaux s’est jusqu’à présent révélé un défi.

Des chercheurs de l’Université d’Oxford et de l’Université Goethe de Francfort ont récemment entrepris d’étudier ces effets à l’aide de la technologie de réalité virtuelle (VR). Leurs conclusions, publiées dans Psychologie de la communicationsuggèrent que la distraction visuelle a certaines conséquences, notamment en ralentissant les mouvements des personnes lorsqu'elles accomplissent des tâches et en les forçant à effectuer davantage d'actions.

„La distraction visuelle est un aspect omniprésent de la vie quotidienne”, ont écrit Levi Kumle, Melissa LH Võ et leurs collègues dans leur article. „Cependant, l'étude des conséquences de la distraction lors de tâches prolongées dans le temps n'est pas réalisable avec les méthodes traditionnelles. Nous avons développé une approche de réalité virtuelle qui segmente un comportement complexe en sous-composants cognitifs, notamment l'encodage, la recherche visuelle, l'utilisation de la mémoire de travail et la prise de décision.”

Kumle, Võ et leurs collègues ont recruté 30 participants et leur ont demandé de participer à deux essais expérimentaux, espacés d'environ une semaine. Au cours de ces essais, il a été demandé aux participants d'effectuer une tâche en VR, en portant un casque HTC Vive Tobii Pro VR et un contrôleur HTC Vive.

Les participants ont navigué dans deux environnements virtuels différents, appelés salle d’instruction et salle d’essai. Après avoir confirmé qu’ils pouvaient utiliser efficacement l’équipement VR dans la salle d’instruction, ils ont pu se rendre dans la salle d’essai, où ils ont accompli une tâche simple.







Cette tâche impliquait de sélectionner 8 objets cibles dans un pool de ressources contenant 24 objets, dont certains n'étaient pas pertinents pour la tâche et donc des distractions visuelles. Sur un modèle d'affichage, les participants pouvaient voir les objets cibles qu'ils étaient censés sélectionner et comment ils étaient censés les disposer dans un espace de travail.

Leur tâche consistait à reproduire la configuration des objets affichés à l'écran en récupérant des objets dans le pool de ressources et en les plaçant sur le poste de travail, le tout dans un laps de temps limité. Les chercheurs ont modifié l'emplacement de l'affichage du modèle et l'opacité des objets dans le pool de ressources (c'est-à-dire les rendant plus difficiles ou plus faciles à identifier), afin de déterminer si cela affectait la performance des participants dans la tâche.

„Les participants ont copié un modèle d'affichage en sélectionnant des objets dans un pool de ressources et en les plaçant dans un espace de travail”, ont expliqué les chercheurs. „En manipulant la distraction des objets dans le pool de ressources, nous avons découvert des effets interférents de distraction sur les différents sous-composants cognitifs.”

Fait intéressant, les chercheurs ont découvert que les distractions visuelles affectaient les décisions sensorielles et mnémotechniques des participants à l’étude. Cela affectait leur capacité à coordonner leur mémoire de travail et à encoder les informations tout en essayant d’accomplir la tâche, ce qui se manifestait par un ralentissement de leurs actions et par l’exécution de mouvements corporels plus coûteux.

„Nous avons réussi à retracer les conséquences de la distraction depuis l'exécution globale des tâches jusqu'aux processus de prise de décision qui contrôlent l'utilisation de la mémoire”, a déclaré l'équipe. „La distraction ralentissait le comportement et augmentait les mouvements corporels coûteux. De manière critique, la distraction augmentait les demandes d'encodage, ralentissait la recherche visuelle et diminuait le recours à la mémoire de travail.”

Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que les distractions visuelles lorsque les humains exécutent des comportements naturels orientés vers un objectif ne les empêchent pas nécessairement d’atteindre un objectif, mais elles ont néanmoins des conséquences en cascade, ralentissant leurs mouvements et augmentant les efforts nécessaires pour accomplir une tâche. En plus d’apporter un nouvel éclairage sur les effets des distractions visuelles, leur étude met en évidence le potentiel de l’utilisation des paradigmes VR pour mener des expériences psychologiques et comportementales.