Puis-je te toucher ? Avoir le choix rend le toucher plus agréable, découvrent les chercheurs

Puis-je te toucher ?  Avoir le choix rend le toucher plus agréable, découvrent les chercheurs

Lorsqu’on demande aux gens leur consentement avant d’être touchés, ils vivent une expérience d’interaction plus agréable, ont découvert les chercheurs du LMU.

Pensez à consulter un médecin pour un examen de routine : dans un cas, vous avez la possibilité d'indiquer où vous préféreriez qu'on vous touche le bras pendant l'examen. Dans un autre scénario, le médecin procède à l’examen sans solliciter votre avis. Comment cette petite différence affecte-t-elle votre perception de l’interaction ?

Des chercheurs du LMU, de l'Université de la Bundeswehr de Munich et de l'Université de technologie de Dresde ont découvert que le fait de demander le consentement des personnes influence de manière décisive si elles ressentent le toucher comme étant agréable, même pour des formes de contact physique sans conséquence.

Ils ont publié les résultats de leurs expériences dans la revue Attention, perception et psychophysique.

„En règle générale, le consentement englobe des actions plus larges, telles que l'acceptation de l'examen dans son intégralité plutôt que de gestes individuels”, explique la doctorante Lenka Gorman du laboratoire Cognition, Valeurs et Comportement du LMU. „Mais nos expériences se concentrent sur le rôle du consentement dans les interactions instantanées.”

Les expériences ont été conçues de telle sorte que les participants se faisaient doucement caresser le bras par un chercheur. Dans certains essais, les participants ont choisi des aspects tels que l'endroit où ils seraient touchés sur leur bras.

Pour dissocier le choix du toucher, d'autres choix consistaient à savoir si l'on devait être touché avec un gant bleu ou blanc. Le choix proposé dans ce dernier cas ne concernait donc pas vraiment la question de savoir si et comment les participants voulaient être touchés. Enfin, dans d’autres essais, les participants n’avaient pas leur mot à dire quant à l’endroit et avec quel gant ils devaient être touchés.

Les résultats étaient clairs : lorsqu'on leur donnait le choix, même en fonction de facteurs accessoires comme la couleur du gant du chercheur, les participants ont déclaré que le même toucher était nettement plus agréable. Les résultats ont été conservés à différentes vitesses de toucher, connues pour moduler leur agrément.

La technologie pupillométrique a également montré que ces choix augmentaient les niveaux d’éveil physiologique des personnes lorsqu’elles anticipaient être touchées. „Il semble que le simple fait de choisir améliore la façon dont notre corps et notre esprit réagissent au contact intime”, explique Gorman.

Les résultats indiquent que le choix constitue une stratégie nécessitant peu d’efforts pour améliorer les expériences de contact bienveillant des personnes. Outre les implications évidentes sur les relations personnelles, les applications pourraient inclure des contextes cliniques tels que les thérapies tactiles. „Donner aux patients un plus grand contrôle sur leur traitement pourrait apporter des bénéfices encore plus importants que ceux actuellement envisagés”, déclare Gorman.

Le professeur Ophélie Deroy, titulaire de la chaire de philosophie de l'esprit au LMU et l'un des principaux chercheurs, explique : « Le choix et le consentement sont des préoccupations éthiques ; ils sont également fondamentaux dans la façon dont nous vivons les choses. Nous savons que le choix fait appel au même système dopaminergique que de l'argent, de la nourriture, du sexe et d'autres récompenses que nous recherchons activement.

L’importance du choix pour accroître le plaisir, même lors d’expériences plus passives, montre à quel point il est crucial pour établir des liens solides.

„Cependant, nos recherches ont également révélé que même des choix mineurs, comme le choix d'une couleur, peuvent rendre les gens plus ouverts à une expérience”, explique Deroy. „Cela nous fait réfléchir à la raison pour laquelle ces choix sont proposés, en particulier dans des situations marketing où ils peuvent être utilisés pour nous tromper.”

Dans l’ensemble, l’étude fournit de nouvelles informations sur la manière dont les choix façonnent nos expériences à un niveau fondamental, avec des implications sur les relations, le bien-être et une communication efficace.