Pourquoi être constamment à l'écoute de tous les besoins de votre enfant n'est pas toujours idéal

Pourquoi être constamment à l'écoute de tous les besoins de votre enfant n'est pas toujours idéal

Il est crucial pour le développement sain de l'enfant que celui-ci puisse nouer des liens d'attachement sûrs avec ses parents. Des décennies de recherche ont identifié un ingrédient clé de ce processus : la coordination du cerveau et du comportement des parents et des enfants lors des interactions sociales.

Les humains se connectent les uns aux autres en se synchronisant de plusieurs manières. Appelée synchronisation biocomportementale, cela implique l'imitation de gestes et l'alignement des battements cardiaques et de la sécrétion d'hormones (comme le cortisol et l'ocytocine). Même les cerveaux peuvent se synchroniser : l’activité cérébrale diminue et augmente dans les mêmes zones à peu près au même moment lorsque nous passons du temps avec les autres.

Mes collègues et moi avons mené des recherches qui ont montré que la synchronisation cerveau à cerveau entre parent et enfant peut être utile pour l'attachement des enfants et a tendance à augmenter lorsqu'un parent et un enfant jouent, parlent ou résolvent des problèmes ensemble. Cependant, nous avons récemment commencé à nous demander si une plus grande synchronisation était toujours préférable. Notre récente étude, publiée dans Sciences du développementsuggère que cela peut parfois être le signe de difficultés relationnelles.

Les conseils parentaux actuels sont-ils à jour ?

De nombreux conseils parentaux actuels recommandent aux parents d'être constamment « en phase » avec leurs enfants. Il dit aux parents d'être physiquement proches et à l'écoute de leurs enfants, d'anticiper et de répondre immédiatement à tous leurs besoins.

Ces conseils s'appuient sur la théorie et la recherche sur l'attachement, qui montrent qu'une sensibilité parentale plus élevée et un fonctionnement réflexif sont bénéfiques pour le développement de l'enfant et la formation d'un attachement sécurisé.

Pourtant, malgré ses bonnes intentions, ce conseil oublie plusieurs détails importants. Par exemple, des recherches ont révélé que pendant environ 50 à 70 % du temps, les parents et les enfants ne sont pas « synchronisés ». Pendant ces périodes, ils peuvent mener des activités distinctes, comme un enfant explorant quelque chose par lui-même ou un parent travaillant. Ils s'engagent plutôt dans une « danse sociale » constante consistant à être en harmonie les uns avec les autres, à ne pas y parvenir et à réparer cette déconnexion.

Et c'est ce flux de connexion, de déconnexion et de reconnexion qui offre aux enfants un mélange idéal de soutien parental et de stress modéré et utile qui contribue au développement de leur cerveau social.

Les chercheurs conviennent également que le fait que les parents et les enfants soient constamment à l'écoute les uns des autres peut avoir des conséquences négatives. Par exemple, cela peut accroître le stress dans la relation et augmenter le risque d’attachement insécurisant à l’enfant. Cela est particulièrement vrai si cela est associé au fait que les parents stimulent trop leur enfant ou sont trop attentifs à tous ses besoins.

Pour la synchronisation parent-enfant, il semble donc y avoir un « milieu de gamme optimal ». En d’autres termes, une plus grande synchronisation n’est pas nécessairement meilleure.

Synchronisation et attachement cerveau à cerveau

Au sein d'une grande équipe internationale de chercheurs venus de toute l'Europe, mes collègues Trinh Nguyen, Melanie Kungl, Stefanie Hoehl, Lars White et moi-même avons entrepris d'étudier comment exactement la synchronie biocomportementale parent-enfant est liée à l'attachement.

Nous avons invité des couples parents-enfants (140 parents et leurs enfants de 5 à 6 ans) à notre laboratoire SoNeAt où ils ont résolu ensemble des énigmes de tangram.

Nous avons mesuré l'activité cérébrale avec un « hyperscanning » par spectroscopie fonctionnelle proche infrarouge (fNIRS), pour laquelle il a été demandé aux parents et aux enfants de porter des casquettes reliées à des capteurs optiques. Nous avons également enregistré des vidéos de leurs interactions afin de pouvoir évaluer le degré de synchronisation comportementale dont ils faisaient preuve, à quel point ils étaient à l'écoute et attentifs les uns aux autres. Et enfin, nous avons évalué le type d'attachement des parents et des enfants, appelé représentations de l'attachement.

Nous avions précédemment découvert une synchronisation neuronale accrue dans les paires mère-enfant et père-enfant au cours de différentes tâches. Dans les couples mère-enfant, la synchronisation neuronale était liée au fait de résoudre à tour de rôle des énigmes ou des conversations. Et dans les couples père-enfant, la synchronie pendant les énigmes était liée au fait que les pères étaient confiants et appréciaient leur rôle de père. Mais cela signifie-t-il qu’une synchronisation neuronale parent-enfant plus élevée est toujours une mesure d’une bonne relation ?

Dans notre nouvelle étude, nous avons en fait observé que les mères qui avaient un type d’attachement insécure, anxieux ou évitant présentaient une plus grande synchronisation neuronale avec leurs enfants. Il est intéressant de noter que les types d’attachement des mères n’étaient pas liés à la synchronisation des mères et des enfants en termes de comportement. Nous avons également constaté une synchronisation neuronale accrue mais une diminution de la synchronisation comportementale dans les couples père-enfant (par rapport aux couples mère-enfant), indépendamment de l'attachement.

Nos résultats suggèrent qu’une synchronisation neuronale plus élevée pourrait être le résultat d’un effort cognitif accru dans l’interaction parent-enfant. Si les représentations de l'attachement des mères ne sont pas sûres, il peut être plus difficile pour les mères et les enfants de se coordonner et de s'entraider lors d'activités telles que la résolution d'énigmes.

Une explication similaire peut s’appliquer à la synchronisation neuronale lors de la résolution de problèmes père-enfant. Les papas sont plus familiers avec le jeu actif et brutal. S'engager dans des activités structurées et exigeantes sur le plan cognitif telles que des puzzles peut donc être plus difficile et nécessiter une plus grande synchronisation neuronale pour les couples père-enfant.

Leçons à tirer

Que signifient nos nouvelles découvertes ? Plus important encore, les parents ne devraient pas avoir le sentiment qu’ils doivent être « en phase » avec leurs enfants à tout moment et à tout prix. Une forte harmonisation parent-enfant peut également refléter des difficultés d'interaction et peut souvent s'ajouter à l'épuisement parental, ce qui a un impact négatif encore plus important sur la relation parent-enfant.

Il est bien sûr utile que les parents soient émotionnellement disponibles, capables de lire les signaux de leurs enfants et de répondre rapidement et avec sensibilité à leurs besoins. Surtout quand les enfants sont jeunes. Cependant, il suffit que les parents soient « assez bons », c'est-à-dire disponibles lorsque les enfants en ont besoin plutôt que « toujours disponibles ».

Les enfants peuvent également bénéficier de la liberté et de l’indépendance sur les plans émotionnel, social et cognitif, surtout à mesure qu’ils grandissent.

Ce qui compte vraiment, c'est que la relation parent-enfant fonctionne globalement bien. Que les enfants puissent développer la confiance en leurs parents et que les inadéquations, qui se produisent naturellement à tout moment, soient réparées avec succès. C'est la véritable essence de la théorie de l'attachement, qui est souvent négligée et déformée dans les conseils parentaux.

Pour mieux naviguer sur le chemin difficile de la parentalité, les parents doivent avoir accès à des sources d’informations fiables et à jour. En collaboration avec l'association caritative britannique Babygro, nous avons donc publié gratuitement le livre Babygro pour les parents qui leur fournit des connaissances fondées sur des preuves sur la parentalité et le développement de l'enfant.

Nous espérons que notre livre pourra responsabiliser les parents afin qu'ils se sentent rassurés et confiants dans leurs propres choix parentaux et qu'ils puissent aider de manière optimale leurs enfants à grandir et à s'épanouir.