L’hyperphagie boulimique n’est pas aussi transitoire qu’on le pensait auparavant

L’hyperphagie boulimique n’est pas aussi transitoire qu’on le pensait auparavant

L'hyperphagie boulimique est le trouble de l'alimentation le plus répandu aux États-Unis, mais des études antérieures ont présenté des points de vue contradictoires sur la durée du trouble et la probabilité de rechute. Une nouvelle étude de cinq ans menée par des enquêteurs de l'hôpital McLean, membre du système de santé Mass General Brigham, a montré que 61 % et 45 % des individus souffraient encore d'hyperphagie boulimique 2,5 et 5 ans après leur diagnostic initial, respectivement. Ces résultats contredisent des études prospectives antérieures qui documentaient des temps de rémission plus rapides, selon les auteurs.

„Ce qu'il faut retenir, c'est que l'hyperphagie boulimique s'améliore avec le temps, mais pour de nombreuses personnes, elle dure des années”, a déclaré la première auteure, Kristin Javaras, DPhil, Ph.D., psychologue adjointe à la Division de la santé mentale des femmes à McLean.

„En tant que clinicien, les clients avec lesquels je travaille signalent souvent de très nombreuses années d'hyperphagie boulimique, ce qui semble très discordant avec les études suggérant qu'il s'agissait d'un trouble transitoire. Il est très important de comprendre combien de temps dure l'hyperphagie boulimique et quelle est la probabilité que les gens rechutent afin que nous puissions mieux fournir de meilleurs soins.

Les résultats ont été publiés le 28 mai dans Médecine Psychologique.

L'hyperphagie boulimique, qui touche entre 1 et 3 % des adultes américains, se caractérise par des épisodes au cours desquels les individus ressentent une perte de contrôle sur leur alimentation. L'âge moyen d'apparition est de 25 ans.

Alors que des études rétrospectives antérieures, qui s'appuient sur la mémoire parfois erronée des individus, ont rapporté que l'hyperphagie boulimique dure en moyenne de sept à seize ans, des études prospectives suivant les individus atteints de ce trouble au fil du temps ont suggéré que de nombreuses personnes atteintes de ce trouble entrent en rémission dans un délai d'un certain temps. un délai beaucoup plus court – d’un à deux ans.

Cependant, les chercheurs ont noté que la plupart des études prospectives précédentes présentaient des limites, notamment un petit échantillon (<50 participants), et qu'elles n'étaient pas représentatives car elles se concentraient uniquement sur les adolescentes ou les jeunes adultes, dont la plupart avaient un IMC inférieur à 30. alors qu'environ deux tiers des personnes souffrant d'hyperphagie boulimique ont un IMC de 30 ou plus.

Pour mieux comprendre l'évolution temporelle de l'hyperphagie boulimique, les chercheurs ont suivi 137 membres adultes de la communauté souffrant de ce trouble pendant cinq ans. Les participants, âgés de 19 à 74 ans et ayant un IMC moyen de 36, ont été évalués pour l'hyperphagie boulimique au début de l'étude et réexaminés 2,5 et 5 ans plus tard.

Après cinq ans, la plupart des participants à l’étude souffraient encore d’épisodes de frénésie alimentaire, même si beaucoup présentaient des améliorations. Après 2,5 ans, 61 % des participants répondaient toujours à tous les critères de l'hyperphagie boulimique au moment où l'étude a été menée, et 23 % supplémentaires présentaient des symptômes cliniquement significatifs, bien qu'ils soient inférieurs au seuil de l'hyperphagie boulimique.

Après 5 ans, 46 % des participants répondaient à tous les critères et 33 % supplémentaires présentaient des symptômes cliniquement significatifs mais inférieurs au seuil. Notamment, 35 % des personnes qui étaient en rémission au suivi de 2,5 ans avaient rechuté soit avec une hyperphagie boulimique totale, soit sous le seuil au suivi de 5 ans.

Les critères de diagnostic de l'hyperphagie boulimique ont changé depuis la réalisation de l'étude, et Javaras note que selon les nouvelles lignes directrices, un pourcentage encore plus élevé de participants à l'étude aurait reçu un diagnostic de trouble lors des suivis de 2,5 et 5 ans. .

Javaras a ajouté que, étant donné que les participants à l'étude étaient des membres de la communauté qui pouvaient ou non recevoir un traitement, plutôt que des patients inscrits dans un programme de traitement, les résultats de l'étude sont plus représentatifs de l'évolution naturelle de l'hyperphagie boulimique.

En comparant cet échantillon communautaire à ceux des études de traitement, le traitement semble conduire à une rémission plus rapide, ce qui suggère que les personnes souffrant de troubles de l'hyperphagie boulimique bénéficieront d'une intervention. Selon Javaras, il existe de grandes inégalités quant aux personnes qui reçoivent un traitement pour les troubles de l'alimentation.

Bien qu'il y ait eu des variations parmi les participants quant à la probabilité de rémission et à la durée de la rémission, les chercheurs n'ont pas pu trouver de prédicteurs cliniques ou démographiques solides pour la durée du trouble.

„Cela suggère que personne n'a moins ou plus de chances de s'améliorer que quiconque”, a déclaré Javaras.

Depuis la fin de l’étude, les chercheurs ont étudié et développé des options de traitement pour l’hyperphagie boulimique, et examiné les méthodes de dépistage pour mieux identifier les personnes qui bénéficieraient d’un traitement.

„Nous étudions l'hyperphagie boulimique avec la neuroimagerie pour mieux comprendre la neurobiologie impliquée, ce qui pourrait aider à améliorer ou à développer de nouveaux traitements”, a déclaré Javaras.

„Nous examinons également les moyens d'attraper les gens plus tôt, car beaucoup ne réalisent même pas qu'ils souffrent d'hyperphagie boulimique, et il existe un besoin majeur de sensibilisation et de dépistage accrus afin que l'intervention puisse commencer plus tôt.”

L'auteur correspondant de l'étude était Javaras, DPhil Ph.D. (McLean). Les co-auteurs supplémentaires comprenaient Victoria F. Franco, MS (McLean), Boyu Ren, Ph.D. (McLean) Cynthia M Bulik, Ph.D. (UNC), Scott J. Crow, MD (UMN), Susan L. McElroy, MD (UCCOM) ; Harrison G. Pope, Jr MD, MPH (McLean), James I. Hudson, MD, ScD (McLean)