Les troubles mentaux peuvent se propager sur les réseaux sociaux des jeunes

Les troubles mentaux peuvent se propager sur les réseaux sociaux des jeunes

En utilisant des données de registre à l'échelle de la population, des chercheurs de l'Université d'Helsinki, de l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être social, de l'Université de Jyväskylä et de l'Université de Manchester ont étudié si les troubles mentaux pouvaient être transmis au sein des réseaux sociaux formés par les classes scolaires.

L'étude, publiée dans JAMA Psychiatrie, est à ce jour le plus grand et le plus complet sur la propagation des troubles mentaux sur les réseaux sociaux, avec la participation de plus de 700 000 élèves de neuvième année de 860 écoles finlandaises. Les adolescents ont été suivis à partir de la fin de la neuvième année pendant une durée médiane de 11 ans.

Les chercheurs ont démontré que le nombre de camarades de classe diagnostiqués avec un trouble mental était associé à un risque plus élevé de recevoir un diagnostic de trouble mental plus tard dans la vie.

„Le lien observé était le plus fort au cours de la première année de suivi de l'étude. Cela n'était pas expliqué par un certain nombre de facteurs liés aux parents, à l'école et au quartier résidentiel. Le lien était plus prononcé dans le cas de l'humeur, de l'anxiété et troubles de l'alimentation”, explique le professeur agrégé Christian Hakulinen de l'Université d'Helsinki.

Recherche rendue possible par des registres finlandais complets

Selon Hakulinen, des études antérieures ont donné des résultats similaires : par exemple, des chercheurs américains ont observé des signes de symptômes dépressifs potentiellement transmis d'un individu à l'autre dans les réseaux sociaux.

Cependant, dans les recherches antérieures, les réseaux sociaux ont généralement été choisis indépendamment par les sujets de recherche, ce qui peut entraîner un biais dans les données. Hakulinen souligne que les classes scolaires sont des réseaux sociaux bien adaptés à la recherche, car les gens ne sont généralement pas en mesure de choisir leurs camarades de classe.

„La définition des réseaux sociaux et le suivi des adolescents ont été rendus possibles grâce à de nombreux registres finlandais. Les résultats approfondissent considérablement notre compréhension de la manière dont les problèmes de santé mentale se développent et affectent les autres personnes de nos réseaux sociaux”, dit-il.

Hakulinen note néanmoins que le lien observé dans l’étude n’est pas nécessairement causal. De plus, l’étude n’a pas étudié comment les troubles mentaux peuvent potentiellement se transmettre entre individus.

„Il est possible, par exemple, que le seuil pour demander de l'aide pour des problèmes de santé mentale soit abaissé lorsqu'une ou plusieurs personnes de votre réseau social ont déjà demandé de l'aide pour leurs problèmes. En fait, ce type de normalisation du diagnostic et le traitement peut être considéré comme une contagion bénéfique des troubles mentaux”, explique Hakulinen.

Plus de mesures préventives ?

Les troubles mentaux constituent un défi mondial important, affectant négativement les individus, la société et l’économie. Selon Hakulinen, ce sont surtout les symptômes d'anxiété et d'humeur qui ont augmenté ces dernières années chez les jeunes.

Des études antérieures ont montré que, dans environ la moitié des cas, les troubles mentaux apparaissent à l'âge adulte avant l'âge de 18 ans. En fait, Hakulinen souligne l'importance des mesures préventives et de l'intervention précoce.

„Lorsqu'on prend des mesures préventives, il faut tenir compte du fait que les troubles mentaux peuvent se propager d'un adolescent à l'autre”, explique Hakulinen.

L'étude a porté sur un total de 713 809 citoyens finlandais nés entre 1985 et 1997. Les adolescents ont été étudiés depuis la fin de l'école polyvalente jusqu'à ce qu'ils reçoivent leur premier diagnostic de trouble mental, qu'ils quittent le pays ou qu'ils décèdent. Au plus tard, le suivi a été interrompu fin 2019, ce qui a donné une période de suivi médiane de 11,4 ans.