Les ruptures amoureuses peuvent déclencher de graves traumatismes chez les jeunes, selon un chercheur

Les ruptures amoureuses peuvent déclencher de graves traumatismes chez les jeunes, selon un chercheur

Que dois-je étudier ? Qu'est-ce que je veux être ? Comment vais-je payer mes études ? Avec qui est-ce que je veux passer le reste de ma vie ? Ce sont des décisions qui changent la vie de nombreux jeunes.

L’émergence de l’âge adulte (entre 18 et 25 ans) est une étape critique du parcours de vie, notamment pour le développement de l’identité. Les adultes émergents ne sont ni des adolescents dépendants ni des adultes indépendants. C’est une période d’exploration et de changements fréquents.

Et tout cela se produit alors que leur cerveau est encore en développement, en particulier dans les domaines associés à un fonctionnement cognitif et émotionnel supérieur. Ce fonctionnement aide un individu à planifier, surveiller et exécuter avec succès ses objectifs.

Au milieu de tous ces choix de vie importants, les ruptures de relations amoureuses peuvent être dévastatrices. Après une rupture, les gens peuvent avoir de moins bons résultats scolaires, des pensées intrusives à l'égard de l'ex-partenaire et un chagrin intense, et peuvent même tenter de se suicider.

Pourtant, les ruptures entre adultes émergents sont souvent rejetées ou banalisées comme un rite de passage. Une réponse à un traumatisme est considérée comme exagérée ou exagérée.

De plus, la littérature psychiatrique ne considère pas les ruptures comme des événements potentiellement traumatisants.

En tant que chercheur en santé mentale ayant une expérience dans la recherche sur l'attachement romantique et les traumatismes, j'ai co-écrit un article explorant les ruptures de relations amoureuses en tant qu'événements potentiellement traumatisants chez les étudiants universitaires. La recherche visait à déterminer si leurs expériences correspondaient au diagnostic psychiatrique officiel de stress post-traumatique.

Identifier un traumatisme potentiel suite à une rupture pourrait aider les jeunes adultes à bénéficier d'un traitement et d'un soutien appropriés.

Quand la figure d’attachement romantique n’est plus là

Dans plusieurs études, nous avons testé l'idée selon laquelle les ruptures peuvent être considérées comme un événement potentiellement traumatisant sur la base de la définition du Manuel diagnostique et statistique, 5e édition (DSM-5). Les prestataires de soins de santé mentale utilisent le Manuel diagnostique et statistique comme guide pour diagnostiquer les patients souffrant, par exemple, du trouble de stress post-traumatique.

Un diagnostic de trouble de stress post-traumatique repose sur divers critères, dont le critère A : exposition à une mort réelle ou menacée, à des blessures graves ou à des violences sexuelles. Le critère A fait office de « gardien » de ce diagnostic.

Poser les questions

Sur la base de leurs réponses autodéclarées sur la liste de contrôle du stress post-traumatique du DSM-5, nos participants se sont répartis en trois groupes :

  • Groupe un (groupe de rupture) : 886 participants qui ont approuvé les symptômes de stress post-traumatique en fonction de leur rupture la plus traumatisante.
  • Groupe deux (groupe traumatologie) : 592 participants qui ont approuvé des symptômes de stress post-traumatique sur la base d'un événement traumatisant défini par le DSM-5 (par exemple une agression physique et sexuelle).
  • Groupe trois (groupe témoin) : 544 participants qui ont approuvé les symptômes de stress post-traumatique sur la base de leur expérience la plus stressante (par exemple un déménagement ou un divorce parental).

Nous avons constaté que les participants à une rupture, ceux du groupe 1, ont signalé beaucoup plus de symptômes de stress post-traumatique, tels que des flashbacks, des souvenirs récurrents et des cauchemars concernant leur ancien partenaire, que les deux autres groupes.

En regardant le cerveau

Après le questionnaire, un sous-ensemble d’étudiants de chacun des trois groupes ont effectué des scintigraphies cérébrales afin que nous puissions voir quelles zones du cerveau étaient activées en réponse à des stimuli spécifiques.

Au cours des analyses, ils ont évalué les images comme positives, négatives ou neutres.

  • 36 participants du groupe 1 (groupe de rupture) ont évalué les photos de leurs ex-partenaires
  • 15 participants du groupe 2 (groupe traumatologie), qui ont spécifiquement indiqué l'agression physique ou sexuelle comme leur événement le plus traumatisant, ont évalué les photos d'agression physique ou sexuelle.
  • 28 participants du groupe trois (groupe témoin) ont évalué des images négatives générales (telles que des enfants jouant dans de l'eau polluée). Ces photographies faisaient partie du système International Affective Picture, largement utilisé dans les études sur les émotions humaines.

Nous avons analysé l'activation cérébrale (augmentation du flux sanguin) de l'amygdale et de l'hippocampe dans le lobe temporal. Ces régions du cerveau sont associées au trouble de stress post-traumatique et font partie du système limbique basé sur la peur qui fait partie de notre système « combat ou fuite ». Ils ont également été liés au rejet de l’attachement romantique réel et imaginaire.

Nous avons trouvé des niveaux d'activation similaires dans l'amygdale et l'hippocampe lorsque les participants du groupe de rupture évaluaient les images de leurs ex-partenaires que lorsque les participants du groupe de traumatologie évaluaient les images d'agression physique et sexuelle.

Sexe, religion et autres facteurs

Troisièmement, nous nous sommes concentrés uniquement sur les participants à la rupture. Nous avons constaté que leur réaction émotionnelle à la rupture était influencée par :

  • caractéristiques démographiques telles que le sexe, l’orientation sexuelle et la religion. Plus précisément, les participants ayant une orientation sexuelle minoritaire et qui ont déclaré ne pas être religieux ont signalé des niveaux plus élevés de détresse liée à la rupture.

  • caractéristiques de la rupture telles que l'intimité perçue de la relation et les raisons de la rupture.

Avancer

Les résultats combinés soutiennent notre hypothèse selon laquelle les ruptures amoureuses peuvent être des événements potentiellement traumatisants pour les adultes émergents et peuvent être vécues comme mettant leur vie en danger.

Valider les expériences de rupture comme potentiellement traumatisantes peut atténuer leurs impacts négatifs, encourager les nouveaux adultes à demander de l'aide et promouvoir la santé mentale.

Les prestataires de soins de santé mentale et les services de conseil aux étudiants devraient reconnaître l'intensité possible des ruptures et envisager de dépister les symptômes de stress post-traumatique après une rupture.

Un traitement axé sur les traumatismes, comme une thérapie d'exposition prolongée, peut aider les étudiants, en particulier ceux qui ne peuvent éviter les signaux liés à la rupture, comme voir leurs anciens partenaires en classe ou sur les réseaux sociaux.

Puisque les ruptures amoureuses ne sont pas considérées comme des événements traumatisants dans la littérature psychiatrique, nos résultats sont controversés et nous ne prétendons pas que toutes les ruptures sont nécessairement traumatisantes.

Des recherches supplémentaires doivent être menées, en particulier avec un ensemble d'étudiants plus diversifié et un échantillon plus grand pour les scintigraphies cérébrales.