Les parents disent de plus en plus que leur enfant est « dérégulé ». Qu’est-ce que cela signifie réellement ?

Les parents disent de plus en plus que leur enfant est « dérégulé ».  Qu’est-ce que cela signifie réellement ?

Bienvenue à bord des montagnes russes de la parentalité, où les émotions se déchaînent, les crises de colère règnent en maître et l'amour coule à flot.

À mesure que les enfants atteignent la petite enfance et au-delà, les parents s'adaptent pour gérer les grandes émotions et les crises de leur enfant. La terminologie parentale s'est également adaptée, de plus en plus de parents décrivant leur enfant comme « dérégulé ».

Mais qu’est-ce que cela signifie réellement ?

Plus qu'une émotion

La dérégulation émotionnelle fait référence aux défis auxquels un enfant est confronté pour reconnaître et exprimer ses émotions, ainsi que pour gérer les réactions émotionnelles dans des contextes sociaux.

Cela peut impliquer soit de supprimer ses émotions, soit d'afficher des réponses émotionnelles exagérées et intenses qui empêchent l'enfant de faire ce qu'il veut ou doit faire.

La « dérégulation » ne se limite pas à ressentir une émotion. Une émotion est un signal, ou un indice, qui peut nous donner des informations importantes sur nous-mêmes et sur nos préférences, désirs et objectifs.

Un cerveau émotionnellement dérégulé est submergé et surchargé (souvent par des émotions pénibles comme la frustration, la déception et la peur) et est prêt à se battre, à fuir ou à se figer.

Développer la régulation émotionnelle

La régulation des émotions est une compétence qui se développe tout au long de l'enfance et est influencée par des facteurs tels que le tempérament de l'enfant et l'environnement émotionnel dans lequel il grandit.

Au stade du développement émotionnel où la régulation des émotions est un objectif principal (vers 3-5 ans), les enfants commencent à explorer leur environnement et à affirmer leurs désirs plus activement.

Il est courant qu'ils subissent une dérégulation émotionnelle lorsque leurs initiatives sont contrecarrées ou critiquées, ce qui conduit à des crises de colère ou à des explosions occasionnelles.

Un enfant au développement typique verra ces types d’explosions diminuer à mesure que ses capacités cognitives deviennent plus sophistiquées, généralement vers l’âge où il commence l’école.

Exprimez, ne supprimez pas

Exprimer ses émotions pendant l’enfance est crucial pour le développement social et émotionnel. Cela implique la capacité de transmettre des sentiments verbalement, à travers les expressions faciales et le langage corporel.

Lorsque les enfants ont des difficultés à exprimer leurs émotions, cela peut se manifester de diverses manières, telles que des difficultés à se faire comprendre, des expressions faciales plates même dans des situations chargées d'émotion, des difficultés à nouer des relations étroites et une indécision.

Plusieurs facteurs, notamment l’anxiété, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), l’autisme, le surdouement, la rigidité et les traumatismes légers ou importants, peuvent contribuer à ces problèmes.

Les erreurs courantes que les parents peuvent commettre sont de rejeter les émotions ou de détourner l’attention des enfants de ce qu’ils ressentent.

Ces stratégies ne fonctionnent pas et augmentent le sentiment d’accablement. À long terme, ils ne parviennent pas à doter les enfants des compétences nécessaires pour identifier, exprimer et communiquer leurs émotions, ce qui les rend vulnérables à de futures difficultés émotionnelles.

Nous devons aider les enfants à affronter leurs difficultés avec compassion, plutôt que de s’en éloigner. Les parents doivent également le faire pour eux-mêmes.

Prestation de soins et modélisation des compétences

Les parents sont responsables de créer un climat émotionnel qui facilite le développement des capacités de régulation des émotions.

Modélisation personnelle des parents de la régulation des émotions lorsqu'ils se sentent en détresse. La façon dont ils réagissent à l’expression des émotions chez leurs enfants contribue à la façon dont les enfants comprennent et régulent leurs propres émotions.

Les enfants sont programmés pour être à l'écoute des émotions, des humeurs et des capacités d'adaptation de leurs soignants, car cela fait partie intégrante de leur survie. En fait, la plus grande menace pour un enfant est que son tuteur ne va pas bien.

Les environnements familiaux dangereux, imprévisibles ou chaotiques donnent rarement aux enfants l’occasion d’exprimer et de réguler sainement leurs émotions. Les enfants victimes de maltraitance ont plus de mal à contrôler leurs émotions et ont besoin de plus de matière grise pour les tâches qui impliquent la gestion des sentiments. Cette lutte pourrait entraîner plus tard davantage de problèmes émotionnels, comme un sentiment d’anxiété et d’hypervigilance face aux menaces potentielles.

Il est essentiel de reconnaître et de relever ces défis dès le début pour soutenir le bien-être émotionnel et le développement des enfants.

Un cerveau et un corps dérégulés

Lorsque les enfants entrent en mode « combat ou fuite », ils ont souvent du mal à s’en sortir ou à entendre raison. Lorsque les enfants subissent un stress aigu, ils peuvent réagir instinctivement sans s’arrêter pour réfléchir aux stratégies ou à la logique.

Si votre enfant est en mode combat, vous pourriez observer des comportements tels que pleurer, serrer les poings ou la mâchoire, donner des coups de pied, des coups de poing, mordre, jurer, cracher ou crier.

En mode vol, ils peuvent paraître agités, avoir des yeux vifs, s'agiter excessivement, respirer rapidement ou essayer de s'enfuir.

Une réaction d'arrêt peut ressembler à un évanouissement ou à une crise de panique.

Lorsqu’un enfant se sent menacé, le lobe frontal de son cerveau, responsable de la pensée rationnelle et de la résolution de problèmes, se déconnecte.

Cela se produit lorsque l'amygdale, le système d'alarme du cerveau, envoie une fausse alerte, déclenchant l'instinct de survie.

Dans cet état, un enfant peut ne pas être en mesure d’accéder à des fonctions supérieures comme le raisonnement ou la prise de décision.

Même si notre instinct nous pousse à régler le problème immédiatement, rester présent auprès de notre enfant pendant ces moments est plus efficace. Il s'agit de leur apporter soutien et compréhension jusqu'à ce qu'ils se sentent suffisamment en sécurité pour activer à nouveau leurs fonctions cérébrales supérieures.

Recadrez votre façon de penser de manière à considérer votre enfant comme ayant un problème et non comme étant le problème.

Conseils aux parents

Discutez à tour de rôle des hauts et des bas de la journée au moment des repas. C'est l'occasion pour vous d'être curieux, de reconnaître et d'étiqueter vos sentiments, et de montrer que vous aussi, vous ressentez une gamme d'émotions qui nécessitent de mettre en pratique des compétences pour y faire face et qui ont été démontrées dans de nombreux domaines physiques, socio-émotionnels, académiques. et des avantages comportementaux.

Passer même de petites quantités (cinq minutes par jour !) de temps en tête-à-tête de qualité avec votre enfant est un investissement dans le bien-être émotionnel de votre enfant. Laissez-les choisir l'activité, faites de votre mieux pour suivre leur exemple et essayez de remarquer et de commenter les choses qu'ils font bien, comme les idées créatives, la persévérance lorsque les choses sont difficiles et le fait d'être doux ou gentil.

Suivez un conseil des parents d’enfants atteints de neurodiversité : découvrez votre enfant unique. Aborder les émotions, le tempérament et les comportements de votre enfant avec curiosité peut vous aider à l'aider à développer ses compétences en matière de régulation des émotions.

Quand obtenir de l'aide

Si la dérégulation émotionnelle est un problème persistant qui empêche votre enfant de se sentir heureux, calme ou confiant – ou qui interfère avec l'apprentissage ou les relations importantes avec les membres de la famille ou les pairs – parlez à son médecin généraliste de la possibilité de consulter un professionnel de la santé mentale.

De nombreuses familles ont trouvé les programmes parentaux utiles pour créer un climat où les émotions peuvent être exprimées et partagées en toute sécurité.

N'oubliez pas que vous ne pouvez pas verser dans une tasse vide. Être parent exige que vous soyez le meilleur de vous-même et que vous répondiez d'abord à vos besoins pour voir votre enfant s'épanouir.