Les champignons magiques pourraient un jour traiter l'anorexie, mais pas encore

Les champignons magiques pourraient un jour traiter l'anorexie, mais pas encore

L'anorexie mentale est un trouble de santé mentale grave dans lequel les gens craignent de prendre du poids. Les personnes atteintes de ce trouble ont une image corporelle déformée et croient fermement que leur corps est trop gros. Ils y parviennent généralement en limitant leur alimentation, ce qui entraîne de graves conséquences médicales de la malnutrition.

L'anorexie a l'un des taux de mortalité les plus élevés de toutes les maladies mentales. Pourtant, il n’existe actuellement aucun traitement médicamenteux efficace et les résultats de la psychothérapie (thérapie par la parole) sont médiocres. Nous avons donc désespérément besoin de traitements nouveaux et améliorés.

La psilocybine, communément appelée champignons magiques, est l’un de ces nouveaux traitements. Mais même s'il semble prometteur, il n'est pas encore utilisé dans la pratique clinique : des recherches supplémentaires sont nécessaires pour vérifier s'il est sûr et efficace.

En quoi consiste le traitement ?

Le traitement implique que le patient prenne une dose de psilocybine dans un environnement sûr, qui est généralement une clinique spécialement aménagée. Le patient suit une thérapie de préparation avant la séance de dosage et une thérapie d'intégration après.

La psilocybine, extraite des champignons, est un psychédélique, ce qui signifie qu'elle peut produire une altération de la pensée, de la perception du temps et des émotions, et peut souvent entraîner des hallucinations. Cela a également le potentiel de sortir les patients de leurs schémas de pensée rigides.

La psilocybine n'est pas administrée seule mais plutôt avec des séances de psychothérapie structurées combinées pour aider le patient à donner un sens à ses expériences et aux changements dans sa façon de penser. Il s’agit d’une partie importante du traitement.

Que montre la recherche ?

La recherche a montré une amélioration des effets de la psychothérapie assistée par la psilocybine après une ou deux séances de dosage, à quelques semaines d'intervalle. Jusqu’à présent, la plupart des recherches ont ciblé la dépression.

Il a été démontré que la psilocybine augmente la flexibilité cognitive, c'est-à-dire notre capacité à ajuster nos schémas de pensée en fonction de l'évolution des environnements ou des demandes. C’est l’une des façons dont les chercheurs pensent que la psilocybine pourrait améliorer les symptômes de maladies telles que la dépression et les troubles liés à la consommation d’alcool, qui sont marqués par des styles de pensée rigides.

Les personnes souffrant d’anorexie sont également confrontées à des schémas de pensée rigides. C’est pourquoi les chercheurs et les cliniciens se sont récemment tournés vers l’anorexie.

En 2023, une petite étude pilote portant sur dix femmes souffrant d'anorexie a été publiée dans la revue Médecine naturelle. Elle a montré que la psychothérapie assistée par la psilocybine (avec 25 mg de psilocybine) était sûre et acceptable. Il n’y a eu aucun effet secondaire significatif et les participants ont déclaré avoir vécu des expériences précieuses.

Bien que l’essai ne soit pas un essai formel d’efficacité, 40 % des patients ont constaté une baisse significative de leur comportement en matière de troubles de l’alimentation.

Cependant, l’essai ne comportait qu’une seule séance de dosage et aucun suivi à long terme, des recherches supplémentaires sont donc nécessaires.

Une étude animale récente utilisant des rats a examiné si la pensée rigide pouvait être améliorée chez les rats lorsqu’on leur donnait de la psilocybine. Après la psilocybine, les rats ont pris du poids et ont eu une pensée plus flexible (grâce à une tâche d'apprentissage inversé).

Ces changements positifs étaient liés au système de neurotransmetteurs sérotoninergiques, qui régule l’humeur, le comportement et la satiété (sentiment de satiété).

Des études d’imagerie cérébrale chez l’homme montrent des troubles de la sérotonine chez les personnes souffrant d’anorexie. La psychothérapie assistée par la psilocybine s'avère prometteuse dans la modification des troubles de la sérotonine et de la rigidité cognitive qui se sont révélés problématiques dans l'anorexie.

La recherche sur les animaux peut fournir des informations uniques sur le cerveau qui ne peuvent parfois pas être étudiées chez les humains vivants. Mais les modèles animaux ne pourront jamais vraiment imiter le comportement humain et la nature complexe des problèmes de santé mentale chroniques.

Quelle est la prochaine étape pour la recherche ?

D'autres essais cliniques chez l'homme sont absolument nécessaires et sont en cours par une équipe de recherche de l'Université de Sydney et la nôtre à Swinburne.

Notre essai impliquera une dose initiale de 5 mg suivie de deux doses ultérieures de 25 mg, à plusieurs semaines d'intervalle. Une faible dose initiale vise à aider les participants à se préparer à ce qui sera probablement une expérience nouvelle et quelque peu imprévisible.

Notre essai examinera l'utilité de proposer une psychothérapie qui s'attaque directement aux perturbations de l'image corporelle. Nous étudions également si l'inclusion d'un membre de la famille ou d'un ami proche dans le traitement augmente le soutien apporté à leur proche.

Les données relatives à d’autres problèmes de santé mentale suggèrent que tout le monde n’en voit pas des avantages, certaines personnes ayant des bad trips et une détérioration de leur santé mentale. Ce traitement ne conviendra donc pas à tout le monde. Il est important de déterminer qui est le plus susceptible de répondre et dans quelles conditions.

Les nouveaux essais et ceux en cours seront essentiels pour comprendre si la psychothérapie assistée par la psilocybine est un traitement sûr et efficace de l'anorexie, ainsi que pour déterminer les conditions optimales pour améliorer la réponse du patient. Mais nous sommes encore loin de voir ce traitement en clinique. L’un des principaux problèmes est le coût de cette intervention et la manière dont elle sera financée.