Les arguments en faveur d’une supplémentation en oméga-3 pour réduire l’agressivité

Les arguments en faveur d’une supplémentation en oméga-3 pour réduire l’agressivité

Les personnes qui mangent régulièrement du poisson ou prennent des suppléments d’huile de poisson consomment des acides gras oméga-3, qui jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement cérébral. La recherche démontre depuis longtemps que les comportements agressifs et violents sont à l’origine d’un comportement agressif et violent, et qu’une mauvaise alimentation est un facteur de risque de problèmes de comportement.

Adrian Raine, neurocriminologue de Penn, étudie depuis des années si la supplémentation en oméga-3 pourrait donc réduire les comportements agressifs, en publiant cinq essais contrôlés randomisés menés dans différents pays. Il a constaté des effets significatifs mais voulait savoir si ces résultats s'étendaient au-delà de son laboratoire.

Aujourd'hui, Raine a trouvé des preuves supplémentaires de l'efficacité de la supplémentation en oméga-3 en menant une méta-analyse de 29 essais contrôlés randomisés. Elle montre des effets modestes à court terme – il estime que cette intervention se traduit par une réduction de 30 % de l’agressivité – selon l’âge, le sexe, le diagnostic, la durée du traitement et la posologie.

Raine est l'auteur principal d'un nouvel article publié dans la revue Comportement agressif et violentavec Lia Brodrick de la Perelman School of Medicine.

„Je pense que le moment est venu de mettre en œuvre une supplémentation en oméga-3 pour réduire l'agressivité, qu'il s'agisse de la communauté, de la clinique ou du système de justice pénale”, déclare Raine. « Les oméga-3 ne constituent pas une solution miracle qui résoudra complètement le problème de la violence dans la société. Mais peuvent-ils aider ? Sur la base de ces résultats, nous croyons fermement que c'est possible, et nous devrions commencer à agir en fonction des nouvelles connaissances dont nous disposons. „.

Il note que les oméga-3 présentent également des avantages dans le traitement des maladies cardiaques et de l’hypertension, et qu’ils sont peu coûteux et sûrs à utiliser. „À tout le moins, les parents cherchant un traitement pour un enfant agressif devraient savoir qu'en plus de tout autre traitement que leur enfant reçoit, une ou deux portions supplémentaires de poisson chaque semaine pourraient également aider”, explique Raine.

Cette méta-analyse montre que les oméga-3 réduisent à la fois l'agressivité réactive, qui est un comportement en réponse à une provocation, et l'agressivité proactive, qui est planifiée.

L'étude comprenait 35 échantillons indépendants provenant de 29 études menées dans 19 laboratoires indépendants de 1996 à 2024 avec 3 918 participants. Elle a révélé des effets statistiquement significatifs, qu'il s'agisse de la moyenne des tailles d'effet par étude, par échantillon indépendant ou par laboratoire.

Un seul des 19 laboratoires a effectué un suivi des participations après la fin de la supplémentation. L'analyse s'est donc concentrée sur les changements d'agressivité du début à la fin du traitement pour les groupes expérimentaux et témoins, une période d'une moyenne de 16 semaines. „Bien qu'il soit utile de savoir si les oméga-3 réduisent l'agressivité à court terme”, indique le document, „la prochaine étape consistera à évaluer si les oméga-3 peuvent réduire l'agressivité à long terme”.

L'article note plusieurs autres pistes possibles pour de futures recherches, telles que déterminer si l'imagerie cérébrale montre que la supplémentation en oméga-3 améliore le fonctionnement préfrontal, si la variation génétique a un impact sur les résultats du traitement aux oméga-3 et si les mesures d'agressivité autodéclarées fournissent des preuves plus solides. pour l'efficacité que les rapports des observateurs.

„À tout le moins, nous dirions que la supplémentation en oméga-3 devrait être considérée comme un complément à d'autres interventions, qu'elles soient de nature psychologique (par exemple, TCC) ou pharmacologique (par exemple, rispéridone), et que les soignants sont informés des conséquences. avantages potentiels de la supplémentation en oméga-3”, écrivent les auteurs.

Ils concluent : « Nous pensons que le moment est venu à la fois de mettre en pratique la supplémentation en oméga-3 et de continuer à étudier scientifiquement son efficacité à long terme. »