La perception du risque est moins influencée par les médias qu'on ne le pensait auparavant : étude

La perception du risque est moins influencée par les médias qu'on ne le pensait auparavant : étude

Pendant des décennies, les chercheurs ont supposé que les gens surestimaient le risque de causes dramatiques de décès, telles que les accidents de la route. La raison invoquée est que ces décès font l'objet d'une attention médiatique bien plus importante que des risques de mortalité plus importants mais moins spectaculaires.

Cependant, une étude de l'Université technique de Munich (TUM) publiée dans Cognition a maintenant démystifié cette hypothèse. Même si les causes dramatiques de décès font l’objet d’une attention médiatique disproportionnée, les décès survenus dans l’environnement personnel sont plus importants pour la perception du risque.

Des accidents de la route aux incendies en passant par les meurtres, les causes dramatiques de décès font l’objet d’une attention médiatique considérable. Jusqu'à présent, le consensus scientifique a été que, parce que les médias évoquent plus fréquemment les causes dramatiques de décès que les causes « silencieuses » telles que les crises cardiaques et le diabète, de nombreuses personnes évaluent mal leur prévalence. Dans la littérature spécialisée, cela est considéré comme l’un des résultats les plus établis de la recherche sur la perception du risque.

Cependant, cette hypothèse ne peut finalement être attribuée qu’à une seule étude. En 1978, une équipe dirigée par Sarah Lichtenstein de l'Institut de recherche de l'Oregon a demandé aux personnes interrogées d'estimer le nombre de décès annuels pour environ 40 causes différentes. L'étude a comparé ces hypothèses avec des chiffres réels et a également examiné dans quelle mesure ces causes de décès ont été rapportées dans les médias et comment ces informations ont été perçues par les personnes interrogées.

Au cours de ses recherches sur la perception du risque, Thorsten Pachur, professeur de méthodes de recherche comportementales à la TUM, a découvert quelque chose de surprenant : les conclusions de l'étude n'étaient pas étayées par des analyses statistiques et n'avaient pas été confirmées par des études ultérieures.

C'est dans cet esprit que Pachur a réévalué les données de l'étude originale. En outre, il a intégré les deux études ultérieures (auxquelles il avait participé) qui avaient également examiné la perception du risque et les reportages des médias conventionnels avec des listes similaires de causes de décès, réévaluant leurs données en utilisant la même méthode.

Les résultats d’une étude influente ne sont pas reproductibles

L'étude de Thorsten Pachur a confirmé que les causes dramatiques de décès ont en effet été couvertes de manière disproportionnée dans les reportages compte tenu de leur prévalence réelle, tandis que les causes de décès non spectaculaires ont été sous-représentées.

Cependant, l'analyse de Pachur remet en question les hypothèses dominantes sur la perception du risque par les gens. Son évaluation des données a confirmé que les répondants à l’étude de 1978 avaient estimé de manière inexacte la prévalence de risques apparemment spectaculaires. Cependant, il n’a pas été possible de reproduire ce résultat avec les données des études les plus récentes. Les résultats d’une expérience de recherche ne sont considérés comme vérifiés que lorsqu’ils sont reproductibles.

Au lieu de cela, l'évaluation par Pachur des deux études les plus récentes a montré que la surestimation ou la sous-estimation d'un risque ne dépend pas du fait que la cause du décès soit dramatique ou non dramatique. Cette conclusion reste valable même en évaluant les données agrégées des trois études. Et lorsque Pachur a intégré d’autres études examinant les perceptions des risques de mortalité (mais pas les reportages médiatiques), sa conclusion a été à nouveau confirmée.

„Ces observations ne remettent pas en question l'idée fondamentale selon laquelle les médias peuvent influencer la perception des risques par les gens”, souligne Pachur. „Mais il faut cesser de croire qu'une distorsion dans le niveau de reporting entraîne nécessairement une distorsion dans la perception du risque.”

Les décès dans l’environnement social sont un facteur plus important

Pachur a également trouvé une explication différente aux perceptions des gens. Certaines des études qu'il a analysées avaient également interrogé les participants sur leur environnement social. La nouvelle évaluation de ces données a montré que le nombre de décès de personnes connues d'un individu a une influence bien plus significative sur la perception du risque de la cause de décès respective que les médias.

„Une conclusion importante est que nous ne sommes pas impuissants face aux distorsions dans les reportages”, déclare Pachur. „Les gens sont évidemment tout à fait capables de s'intéresser consciemment aux reportages et d'intégrer d'autres sources dans leur jugement.”