En situation de stress, une étude révèle qu'un observateur est plus susceptible d'aider la victime que de punir l'agresseur.

En situation de stress, une étude révèle qu'un observateur est plus susceptible d'aider la victime que de punir l'agresseur.

Être stressé en étant témoin d'une injustice pourrait pousser votre cerveau vers l'altruisme, selon une étude publiée le 14 mai dans la revue Biologie PLOS par Huagen Wang de l'Université normale de Pékin, Chine, et ses collègues.

Il faut plus d’efforts cognitifs pour punir les autres que pour les aider. Des études montrent que lorsqu’ils sont témoins d’un acte d’injustice alors qu’ils sont stressés, les gens ont tendance à se comporter de manière altruiste, préférant aider la victime plutôt que de punir l’agresseur. Cela concorde avec les théories proposant que des réseaux cérébraux distincts conduisent à des décisions intuitives et rapides et à des décisions délibérées et lentes, mais on ne sait pas exactement comment le cerveau d'un spectateur fait un compromis entre aider et punir les autres dans des situations stressantes.

Pour mieux comprendre les processus neuronaux à l'origine de l'intervention d'un tiers face à l'injustice, Wang et ses collègues ont recruté 52 participants pour effectuer une tâche d'intervention simulée par un tiers dans un scanner IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle), où ils ont observé quelqu'un décider comment distribuer une dotation en espèces entre eux et un autre personnage, qui a dû accepter passivement la proposition.

Le participant décidait alors s'il voulait retirer de l'argent au premier personnage ou en donner au second. Environ la moitié de ces participants ont plongé leurs mains dans de l’eau glacée pendant trois minutes juste avant de commencer la tâche pour provoquer du stress.

Un stress aigu a affecté la prise de décision dans des situations extrêmement injustes, où le participant a vu quelqu'un garder la grande majorité de l'argent qu'il était censé partager avec quelqu'un d'autre. Les chercheurs ont observé l’activation du cortex préfrontal dorsolatéral supérieur (DLPFC), une région du cerveau généralement liée à la mentalisation et à la prise de décision, lorsque des participants stressés choisissaient de punir un délinquant. La modélisation informatique a révélé que le stress aigu réduit les préjugés en faveur de la punition, augmentant ainsi la probabilité que quelqu'un aide la victime à la place.

Les auteurs affirment que leurs résultats suggèrent que punir les autres nécessite plus de délibération, de contrôle cognitif et de calcul que d’aider une victime. Ces résultats concordent avec un nombre croissant de preuves suggérant que les individus stressés ont tendance à agir de manière plus coopérative et généreuse, peut-être parce que les gens consacrent davantage de leurs ressources cognitives à décider comment aider la victime, plutôt qu'à punir l'agresseur.

Les auteurs ajoutent : « Le stress aigu fait passer l’intervention d’un tiers de la punition de l’agresseur à l’aide à la victime. »