Des fonctionnalités numériques pour les nourrissons dans une première recherche mondiale en psychologie

Des fonctionnalités numériques pour les nourrissons dans une première recherche mondiale en psychologie

BabyX est une simulation hyperréaliste générée par ordinateur d'un nourrisson humain. Dans le cadre d'une première mondiale, des chercheurs en psychologie du développement de l'Université d'Auckland utiliseront l'enfant numérique pour étudier les interactions des adultes avec les bébés.

Le nourrisson sur un écran d’ordinateur réagit à un partenaire social – y compris ses voix, ses gestes et ses expressions – tout comme le ferait un nourrisson humain, souriant, riant, pleurant ou se fâchant et frustré.

Le but de la recherche est d’examiner de plus près les nuances de la communication entre les soignants et les nourrissons.

„Des décennies de recherche nous ont montré que les bébés sont incroyablement sensibles aux changements, même très subtils, dans l'endroit où les soignants regardent, ce qu'ils disent et comment ils le disent”, explique le professeur Annette Henderson, directrice du laboratoire d'apprentissage de la petite enfance de l'université. „Cependant, on sait très peu de choses sur la manière dont les changements de comportement des bébés affectent les réponses de leurs soignants. Nous visons à boucler cette boucle.”

En interagissant avec les soignants, les nourrissons apprennent l’amour, le langage, le comportement et l’établissement de liens, tous essentiels à une vie saine. BabyX permet aux chercheurs d'examiner ces interactions d'une manière qui ne serait pas possible avec un bébé humain.

„Nous pouvons découvrir comment des aspects spécifiques du comportement du bébé influencent la danse interactive avec ses soignants”, explique Henderson. „Comme le comportement des bébés humains ne peut pas être manipulé, il était impossible de répondre à cette question… jusqu'à présent.”

Des fonctionnalités numériques pour les nourrissons dans une première recherche mondiale en psychologie

Dans un premier temps, Henderson et le Dr Florian Bednarski, chercheur, recherchent 80 pères, mères ou autres principaux tuteurs d'enfants âgés de 12 à 36 mois pour s'engager avec BabyX dans le laboratoire de l'Université d'Auckland. Les soignants seront enregistrés de manière confidentielle en train de jouer à des jeux numériques interactifs tels que des puzzles avec le tout-petit.

BabyX a été développé par le Dr Mark Sagar, ancien élève de l'université et leader dans la création d'humains virtuels, et Soul Machines, une spin-off de l'Auckland Bioengineering Institute de l'université.

Doté de l'intelligence artificielle, BabyX voit et entend via des flux vidéo et audio, et traite le monde via un cerveau humain simulé. Alors que BabyX a été dévoilé en 2017, cette première utilisation en recherche a lieu après qu'Henderson et son équipe, dont Bednarski, le professeur agrégé Mele Taumoepeau (Université Victoria de Wellington) et Sagar (Soul Machines), aient reçu le soutien du Marsden Fund de la Royal Society Te Apārangi.

L’objectif ultime est d’aider les parents à mieux prendre soin de leurs nourrissons.