Des chercheurs révèlent l'effet de l'utilisation des médias sociaux sur la santé mentale des étudiants pendant la pandémie

Des chercheurs révèlent l'effet de l'utilisation des médias sociaux sur la santé mentale des étudiants pendant la pandémie

La pandémie de COVID-19 a eu un effet sans précédent sur la santé mentale des étudiants. Les symptômes tels que l'anxiété et la dépression majeure chez les jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans ont considérablement augmenté par rapport à la période précédant la pandémie.

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill examine un facteur susceptible de contribuer à la détérioration des tendances en matière de santé mentale : les médias sociaux. Les résultats sont publiés dans la revue L'économie de la santé.

Nous savons que les étudiants et les adolescents utilisent de plus en plus les réseaux sociaux. En mai dernier, le médecin général des États-Unis a publié un avis sur les réseaux sociaux et la santé mentale des jeunes, soulignant qu'il existe de « nombreux indicateurs » montrant que les réseaux sociaux peuvent « présenter un risque de préjudice pour la santé mentale et le bien-être des enfants et des adolescents ».

Mais des questions demeurent : les personnes déprimées utilisent-elles davantage les réseaux sociaux ? Ou les réseaux sociaux contribuent-ils à aggraver la dépression ?

Pour répondre à cette question, une équipe dirigée par l’économiste Jane Cooley Fruehwirth a utilisé des données d’enquête longitudinales uniques auprès d’étudiants de première année d’université dans une grande université publique de recherche. Les données ont été recueillies avant et pendant la pandémie. Ces informations ont permis aux chercheurs de comparer l’utilisation des médias sociaux avant et pendant la pandémie ainsi que d’autres facteurs tels que l’isolement social, les symptômes d’anxiété et de dépression, et la durée du sommeil, de l’exercice et des interactions avec les amis des étudiants.

Les résultats sont surprenants : l’utilisation accrue des réseaux sociaux au début de la pandémie n’a pas eu d’effet majeur sur la santé mentale des étudiants, mais une utilisation accrue des réseaux sociaux 18 mois après le début de la pandémie – lorsque les universités avaient largement rouvert et que les étudiants étaient de retour sur le campus – a eu un effet négatif sur la santé mentale des étudiants. Les étudiants qui ont augmenté leur utilisation des réseaux sociaux d’une heure 18 mois après le début de la pandémie étaient beaucoup plus susceptibles d’être déprimés et anxieux.

pourquoi est-ce le cas?

Fruehwirth et son équipe ont trouvé des preuves montrant que l'utilisation des réseaux sociaux empiétait sur le temps consacré à d'autres activités bénéfiques pour la santé mentale, comme l'exercice physique, lorsque les étudiants étaient de retour dans les dortoirs, et que les réseaux sociaux semblaient également augmenter le stress ressenti par leurs pairs. Au début et plus tard dans la pandémie, les effets de l'utilisation des réseaux sociaux étaient pires chez les étudiants isolés socialement.

« Ces étudiants, socialement isolés, n’utilisaient pas les réseaux sociaux pour rester en contact », explique Fruehwirth. « Ils les utilisaient d’une manière différente. »

Fruehwirth note que la résilience et le soutien social aident à protéger les étudiants des conséquences négatives des médias sociaux.

« Il ne s’agit pas d’une histoire de « médias sociaux, c’est mauvais », dit-elle. « Il s’agit de savoir si certains élèves les utilisent d’une manière qui n’est pas préjudiciable, et d’autres non, et nous avons voulu faire ressortir ces différences. »

Les résultats suggèrent que les campus universitaires eux-mêmes peuvent jouer un rôle dans la réduction de l'isolement. Environ 1 étudiant sur 5 se sent actuellement isolé sur un campus universitaire. Cela suggère que les médias sociaux ne sont pas les seuls facteurs en jeu.

« Les universités peuvent réfléchir à la manière de créer davantage de liens par le biais d’espaces physiques et sociaux, par le biais de liens au sein de clubs », explique Fruehwirth. « Elles peuvent créer des réseaux de soutien par les pairs et contribuer à renforcer la résilience. »

Les co-auteurs incluent Alex Xingbang Weng et Krista Perreira.